1

Publié le 13/08/2005 à 14:10
Édité le 13/08/2005 à 14:10

Mendeed + Scurge @ The Underworld (London) - 05/08/2005

Soirée costaud à l'Underworld ce soir, Solitude, Scurge, Malefice et Mendeed.

4 groupes qui ne font pas dans la dentelle, qui tabassent mémé, qui envoient du grain comme on dit communément.
Solitude ouvre doucement, leur métal et électronica n'emballe pas les foules malgré un DJ qui bouge autant que tout le reste du groupe (en même temps, il a pas grand chose d'autre à faire). Le show ne me convainc pas et le chanteur a de sérieux problêmes lorsqu'il essaye de chanter et non de crier. (on se regarde bizarrement avec Lynn, l'air de dire : mais il chante super faux là, non ?)
Scurge reprend le flambeau, avec plus de bouteille que les jeunes précédents, un groupe plus mature, plus posé. Ils jouent vitent, ils jouent carré, pas un pain nul part, Dilliger Escape Plan façon moins hardcore, technique, rapide, et un chanteur qui en a dans le bide pour crier autant. Le public vacille un peu plus, moi carrément plus, c'est du tout bon. Compos variées mais toujours dans la même veine, "cat with the 45 calibre claw" mérite une attention particulière.
C'est au tour de Malefice, d'enflammer cette salle. Alors, pour les non-anglophones, Malefice se prononce très simplement : Mal-i-Fesses ! Le chant très gutturaux du chanteur ne m'emballe pas des masses et le bassiste à l'air de débuter, ambiance métal old-school, du vieux Sépultura, mais par contre le public en redemande et le groupe sait négocier celà, controlant quelques circles-pits et le truc à la mode : couper la salle en deux avec un fossé au milieu pour bien s'exploser par la suite. On regrettera tous le superbe poteau de béton au milieu de ces réjouissances, plutôt dangereux.
Mendeed arrive en terre conquise apparement, ayant ouvert pour Amen, Cradle of filth et Avenged Sevenfold, le son est fort, très fort (et ne faite pas comme les étourdi(e)s : pensez aux bouchons d'oreilles !). Partie de guitares assez techniques, le guitariste touche méchamment sa bille, tapping, solo furieux, bassite carré, batteur sobre mais avec une force de frappe évidente et un chanteur qui ne tient pas en place, entre ces cris, pendant ces cris, l'Underworld est chauffé à blanc et la température monte d'un cran. (heuresement, dehors il fait très froid pour un mois d'août).
Voilà, une soirée où la pop britannique s'est pris un coup de savate, Mendeed est sérieusement bon, mais je reste sur ma bonne impression de Scurge.

http://www.mendeed.co.uk/
http://www.scurge.co.uk/

> Commenter le blog. Tags :

Publié le 13/08/2005 à 01:49
Édité le 13/08/2005 à 01:49

The Intrepid Fox - London

The Intrepid Fox Voilà un pub qu'il est bien !
au coin de Wardour Street (97-99 Wardour Street), en plein Soho, The Intrepid Fox cache discrètement son décor avec une façade blanche, mais quelques gargouilles tout de même.
À l'intérieur, c'est un autre monde, exit le british rock commercial, welcome le métal et autre "niceties" ! Posters de groupes de rock et de métal (Nirvana, Cypress Hill, The Hives, Marilyn Manson, Tool, Sepultura, et tous leurs amis) et de quelques films (Sin City par exemple), la musique d'ambience est à l'image du lieu, saturée et décalé.
Quelques crânes sur les murs, des ambiances de pierres tombales, à côté de vestiges métalliques, résidus d'un combat de cyborgs, c'est un mélange de goth et d'indus qui s'inscrit sur les murs. On y vient de tout le centre de Londres pour son ambiance résolument métal, ses jolies serveuses qui ne passe pas inaperçue et le couloir qui même aux toilettes : pas de peintures, pas de papiers peints, des affiches de groupes sur le moindre centimètres carrés de mur exposé, une machine a remonter le temps parmi les groupes old-school.
Cheers !

> Commenter le blog. 1 commentaire  Tags :

Publié le 07/08/2005 à 22:01
Édité le 07/08/2005 à 22:01

Bobby McFerrin au Royal Albert Hall - 07/08/2005

C'est un Royal Albert Hall quasi complet qui accueille ce beau dimanche ensoleillé Bobby McFerrin. C'est le African's Children Choir qui commence, avec des danses et des chants africains, des voix d'anges et une énergie magnifique, et dirigé avec discrétion et efficacité. Changement de registre musical après le départ du choeur, et avec l'arrivée de Michael Wolff au piano, Badal Roy aux tablas, Mike Clark à la batterie et John B.Williams pour deux morceaux très jazzy qui impulse à la foule des frissons. Après deux morceaux, tous ce beau monde acceuille Bobby McFerrin très en forme pour un morceau avec le groupe en entier.
Se retrouvant maintenant en solo, Bobby McFerrin joue alors avec le public, lui demandant de chanter pour l'accompagner sur ces mélodies improvisés dont il a le secret. Très en forme, des paroles se forment en "the baby is crying" et "he will be allright" devant une foule hilare, et un bébé qui n'as pas dû tout comprendre. Séparant l'ovale du RAH en deux, afin de faire entonner deux parties simples au public, McFerrin se sert de ce choeur amateur pour faire ses prouesses vocales, rythme et mélodie se lient intimement. Farceur, le chanteur demande au même public d'entreprendre l'Avé Maria pendant que lui fait la partie instrumentale avec sa seule voix, regard médusé de la foule, des regards très inquisiteurs sur le reste du public, les voisins, la fosse, cet Avé Maria chanté à la perfetion sort effectivement de nul part, mais la partie normalement dévolue à l'orchestre à cordes sort lui bel et bien des cordes vocales du charismatic McFerrin.
Bobby McFerrin s'autorise quelques facéties vocales, au grand bonheur du public, un peu moins des victimes.
Entracte, retour sur scène, ces trois entités musicales s'assemblent par deux, puis trois pour faire un morceau très impulsif et dense. Ovation finale, Bobby McFerrin est décidément un très grand chanteur/vocaliste.

> Commenter le blog. Tags :

1